logo interreg 2016
 

Chronique de Diversario 2019 : l’avenir des arts et de la diversité fonctionnelle

Le pouvoir transformateur de l’art et le potentiel de la diversité fonctionnelle, axe central de Diversario 2019.

DIVERSARIO jornada 310519 20 SmallLes Journées Diversario se sont achevées samedi dernier après trois jours d’intense activité au cours desquels l’accent a été mis sur la créativité, les arts et la diversité fonctionnelle, et sur leurs interactions prolifiques. Ces journées ont été marquées par la forte personnalité des protagonistes et les thématiques intéressantes qui ont été abordées. Elles ont permis des débats et des approches invitant à réfléchir et à rêver dans de futurs changements de paradigmes et de différentes façons de travailler, de voir non seulement les artistes, mais toutes les personnes avec une diversité fonctionnelle.
Début jeudi 30 avril dans les jardins du Centre d’Art et Nature commençait l’activité : débutait la construction du jardin vertical de la main du musée d’Art Contemporain de Castille et León MUSAC, du studio d’architecture sévillane Recettes Urbaines et Brotalia, d’ATADES Huesca. Les travaux de construction se sont poursuivis presque sans interruption jusqu’à midi le 31, lorsque le public assistant à Diversario a pu contempler debout cette imposante structure en bois et fer sur laquelle se sont fixées deux cents plantes de onze variétés différentes.

Cet échantillon d’architecture éphémère, comme pièce vivante qu’il est, changera, gagnera en spectaculaire et végétation. Il restera à l’extérieur du CDAN jusqu’au mois d’octobre prochain. Douze heures plus tard, la performance attendue de Paladio Arte avait lieu au Centre Culturel Manuel Benito Moliner. Là, la troupe de théâtre inclusive segoviana a représenté “ Despierta, un juguete casi cómico” devant plus de 220 personnes parmi les lycéens du Collège San Viator, l’IES Ramón et Cajal, l’École des Arts de Huesca, l’école San Jorge de l’ASPACE Huesca et des personnes liées aux associations Alzheimer Huesca et ATADES Huesca, de l’hôpital psychiatrique de Huesca et de l’atelier pour l’emploi de la région Hoya de Huesca.

Un public qui a eu l’occasion, lors d’un colloque ultérieur, d’engager la conversation avec les membres de la compagnie et en particulier avec Marta Cantero, âme du Palladium Arte, qui a déclaré être convaincue que la diversité fonctionnelle “est une valeur ajoutée dans les arts du spectacle”. Marta participera le lendemain par vidéoconférence aux Journées Diversario au CDAN, en a profité pour avancer son prochain rendez-vous, qui ne les amènera pas moins que sur les scènes du Centre Dramatique National, à Madrid.

L’inauguration officielle a eu lieu le lendemain, vendredi 31, journée centrale de Diversario et à laquelle sont intervenus Marta Peña, directrice de CADIS Huesca avec Marîa Isabel Baquedano, directrice d’Area de Negocio Alto Aragón de CaixaBank, Fernando Laborda, secrétaire provincial de l’IASS à Huesca et Teresa Sas, conseillère municipale de Huesca. Etaient présent tous les représentants des entités qui soutiennent Diversario et le potentiel qu’il représente, et qui ont voulu céder toute l’attention médiatique aux organisateurs et aux participants de la journée.

Ainsi commençaient le festival au CDAN avec sa pleine capacité, avec 80 personnes inscrites aux Journées. La table ronde « rendre visible quoi ? » animée par Orencio Boix, directeur de Diversario, a analysé la représentation de la diversité fonctionnelle dans l’audiovisuel et a réuni le directeur de production de Campéones, Luis Fernández, le mathématicien et promoteur de projets audiovisuels Antonio Centeno, et Blanca Zaragüeta, de l’association Ikertze, qui est venue accompagnée d’Arantxa Triñanes, Joseba Huegun et Enrike Amilibia, acteurs du court métrage « Ici c’est possible » soutenu par son association.

DIVERSARIO jornada 310519 27 SmallLe temps prévu pour cette première table a été trop court .Elle aurait presque pu faire l’objet d’une journée complète Diversiairo, dans laquelle il a été question du pouvoir transformateur de la société à travers l’audiovisuel, et de projets innovants, inclusifs et brisants comme celui de « Tréfles à 4 feuilles », d’Antonio Centeno ou du Centre de Formation audiovisuelle pour personnes handicapées (CECADI) dirigé par Ikertze.

Queralt Prats, musicienne et animatrice du projet ARTransfrorma, entité culturelle qui promeut des projets à impact social, prenait ensuite la parole avec l’éloquence et l’assurance de celui qui accumule les expériences, la motivation et les projets.
Il a expliqué au public comment, après avoir fait ses études, il a décidé de créer une école où il donnerait accès à la culture et à la musique à ceux qui avaient des droits, mais pas les possibilités. C’est ainsi qu’il a créé cette plate-forme pour que des artistes de différentes disciplines puissent travailler avec différents groupes et depuis il continue à lutter pour briser les barrières et travaille de manière transversale dans les domaines culturel, éducatif et social. Son discours a fait place à celui de Graciela Garcia, auteur d’un livre “Art brut. La pulsion créative à nue”, qui a ému avec les exemples d’art outsider qu’il détaille.

Un art qui l’a conquise dès le moment où elle l’a connu, « par sa force curatrice et atavique, par sa fraîcheur » et dont elle a su transmettre l’essence au public du CDAN.

Le Centre des Arts et de la Nature était le siège et la scène principale de la journée centrale de Diversario, tant à l’intérieur, où se succédaient tables rondes et communications, qu’à l’extérieur, où se déroulaient des ateliers de danse et de théâtre. On pouvait acheter des produits d’Artanima (produits artisanaux réalisés par des personnes handicapées) et on a pu profiter des pauses café ou repas servies par les élèves de l’atelier DIService d’ATADES Huesca. C’était aussi un studio d’enregistrement improvisé de l’émission de radio “Bandidos de la Hoya”, qui ne pouvait pas manquer l’occasion de couvrir l’événement et d’interviewer Elvira Martîn (assistant à Diversario) et Queralt Prats.

Le programme a été réalisé par des personnes handicapées des entités ASAPME Huesca, ASPACE Huesca, ATADES Huesca, Cruz Blanca et Down Huesca et sera bientôt disponible en ligne sur le site web radiohuesca.com

Des représentants des milieux culturels et créatifs des entités de la coordination CADIS Huesca, organisatrice de Diversario, ont montré leur travail et leur dynamisme devant le public en ouvrant une séance d’après-midi prometteuse, et qui n’a pas déçu : l’artiste madrilène Costa Badia a montré sa motivation en créant “Delecion” son projet artistique. Elle est une artiste qui revendique la fierté d’être différente, que la beauté n’est pas normative, et elle se justifie d’une phrase et d’une idée avec laquelle elle balaye ses propres préjugés et ceux des autres : "nous sommes tous aussi différents".

IMG 20190601 120807 SmallMaite Barrera, commissaire de la Biennale d’Art Contemporain de la Fondation ONCE, a présenté la Costa elle-même et Juan Isaac Silva, un artiste qui fera la dernière présentation de Diversario. Le choc que lui a produit le fait d’entendre à nouveau après la mise en place d’un implant à l’âge de 30 ans l’a conduit à se plonger dans la recherche de sa mémoire auditive, celle d’un enfant de trois ans. Il a fait du son et l’écoute le cœur de ses projets artistiques ; un véritable plaisir d’écouter cet artiste fascinant qui a permis au public de Diversario de le suivre dans son travail ; un travail qui fait que le son se voit, et que l’image est entendue.
Diversario a également vu la participation de la directrice du MUSAC de Castille et Léon, Kristine Guzmán, Ester García Guixot, représentant le Musée d’Art Contemporain d’Alicante MACA, Elena del Diego pour le Centre d’Art et de Nature CDAN et le photographe et éducateur David Viñuales. Il a mis la touche la plus dynamique avec des jeux visuels sur cette table ronde dédiée à la façon dont les musées abordent le regard sur la diversité fonctionnelle.

Une nuit étoilée fantastique et la collaboration avec le Festival International du Film de Huesca ont permis à presque cent trente personnes de profiter d’un film magnifique projeté à ciel ouvert : celui de Elephant Man, le classique de David Lynch. Cerise sur le gateau d’une journée intense pour laquelle un service de navette gratuit a été mis à disposition à Huesca, courtoisie de l’entreprise Alosa. Samedi 1 juin, Diversario descendait dans la rue les Porches de Galice et la prenait littéralement, avec la pièce de danse et de théâtre “ Amor no ha sido aun forjado ” Ainsi, grâce à l’action des personnes liées aux associations ATADES Huesca, ASPACE Huesca, Cruz Blanca Huesca, Down Huesca et les Ateliers municipaux de Théâtre de Huesca, les Journées Diversario se sont terminées.

Ces journées ont mobilisé près d’un demi-millier de personnes autour d’elles et ont uni l’art, la diversité, le handicap, la culture, l’innovation et leur gestion ; des journées qui focalisent l’avenir de l’art et de la diversité fonctionnelle ainsi que les territoires communs qui les unissent.

Diversario s’inscrit dans le cadre du projet Huesca Mas Inclusivo, promu par CADIS Huesca, la mairie de Huesca, l’œuvre sociale "la Caixa", la Diputación Provincial de Huesca et le gouvernement d’Aragon, et inscrit au programme INTERREG V-A l’Espagne-France-Andorre POCTEFA 2014-2020, dans le cadre du projet PYRHEQUAL et financé par le FEDER.